Youssef Krou : " Si mentalement tu n’es pas prêt, tu perdras."

Youssef Krou, le beacheur le plus expérimenté du groupe France nous livre ses impressions sur le World Tour, sa vision et ses ambitions à quelques jours de l'étape de Montpellier.

 

Youssef, toi qui commence à avoir un peu d’expérience sur le circuit international, comment as-tu vécu cette saison sur le World Tour ?

J’ai vécu une saison plutôt difficile avec une préparation longue et peu de tournoi jusqu’à cet été. Mais avec Quincy (Aye, son partenaire), on a commencé à faire des bons résultats sur des tournois internationaux. Donc c'est de bonne augure ! Une progression et un déclic se sont faits pendant ces mois de juillet/août ! On verra à la fin de la saison si on arrive à confirmer...

 

Toutes saisons confondues, quel est ton meilleur souvenir sur le World Tour ?

J’en ai deux ! Je dirais la médaille d’or avec Eddy (Edouard Rowlandson, son ancien coéquipier) en Chine. C’était notre première médaille FIVB après une médaille sur un Master à Baku.

Et sinon, le deuxième très beau souvenir, c’est le Major Series à Porec en 2015 où l’on bat d'abord Fijalek/Prudel, équipe qui était dans le top 10 à l’époque, puis les Allemands, qui étaient aussi dans le top 10. On était vraiment sur une très bonne dynamique ! C’était nos deux premières grosses victoires sur le World Tour contre des équipes de ce niveau.

 

Comment abordes-tu la saison prochaine ?

Déjà, je compte continuer à jouer avec Quincy, notre projet étant de se qualifier aux championnats du monde en 2019 !
Je suis plutôt confiant car il y a vraiment eu un déclic, et cet hiver va être notre premier hiver de travail que ça soit individuel ou commun. En effet, cela fait 3 ans que je fais du Beach à haut niveau, et il n'y a pas eu un seul hiver durant lequel j'ai pu travailler comme je l'aurais voulu. Le premier j'ai été blessé et le second, on l'a passé sur les circuits internationaux avec mon partenaire de l'époque, pour avoir une chance de nous qualifier aux Jeux Olympiques. Quant à l'hiver dernier, après avoir raté de près cette qualification, j'ai eu besoin de couper.
Donc j’ai hâte de pouvoir travailler en ayant une planification beaucoup plus stable que ce que j'ai pu avoir jusqu’à maintenant.

 

Si tu pouvais me donner ta vision du World Tour en quelques mots ...

C’est un univers où chaque point compte et si mentalement tu n’es pas prêt, tu perdras. Il faut être solide dans la tête si tu veux gagner !

 

Interview par Ophélie Lusson, août 2017

 

///

 

Youssef Krou : « if you are not ready mentally, you will lose”

 

Youssef Krou, the most skilled beach volleyball player of the French team, describes his feelings about the World tour, his vision and his ambitions few days before the Montpellier FIVB world tour.

 

Youssef, how did you feel this season on the World Tour after all your international experience ?

This season was difficult for me because I had a long preparation and few tournaments until this summer. But with Quincy, (Aye, his partner), we began to work and to have good results on the international tournaments. A good sign of hope. There were a progression and a revelation in July and August. We will see at the end of the season if we will confirm…

Between all the seasons, what is your best memory of the World Tour ?

The first one was the gold medal with Eddy (Edouard Rowlandson, his last partner) in China. It was our first FIVB medal after a medal in Baku during a master.

The second one was in Porec during the Major series in 2015 where we won against Fijalek/prudel, a team which was in the top 10 at that time, and after against the Germans, who were also in the top 10. They were our first two important victories on the World Tour against teams with this level.

How will you prepare the next season ?

First, I will continue to play with Quincy, our project is to be qualified for the next world championship in 2019 !

I am confidant because we had a revelation, and this winter will be our first working winter, together and individually. In fact, there was not one single winter where I could work as I wanted after three years of top-level beach volleyball. During the first one, I was injured, and during the second one, we spent our time on international tours with my partner of the time, to have a chance to be qualified for the Olympic Games. For the last winter, I needed to have a break because we missed the qualification for very few points. So, I am really excited to work with a more stable planning compared to what I had until today.

If you could describe your vision of the World Tour with few words…?

It is a universe where each point earns and if you are not ready mentally, you will lose. You have to be strong in your head if you want to win!

 

Interview by Ophélie Lusson, August 2017