Stéphane Canet : "Un champion sait où sont ses limites et comment les dépasser."

Rencontre avec Stéphane Canet, fondateur du Montpellier Beach Masters en 2005 avec Mathieu Hamel, à leur retour des Jeux Olympiques d'Athènes en 2004. Depuis, aucune paire française n'a réussi à se qualifier pour cette compétition majeure. Pas même Edouard Rowlandson et Youssef Krou, qui étaient pourtant à quelques points de l'exploit avant une blessure d'Edouard, qui les avait définitivement éloigné de cet objectif.

 

Vous qui est à l’origine du Beach masters, ça représente quoi d'organiser un World Tour 1* cette année ?
Ça faisait 10 ans que le World Tour n’avait pas été organisé en France, il n’y a donc plus de tournois internationaux de cette ampleur dans notre pays ! Le but de proposer cette compétition à Montpellier, c’est de relancer la spirale des évènements internationaux en France, en commençant par Montpellier. C’est important pour le développement du Beach Volley.

De plus, étant entraîneur des Equipes de France, je voulais que ce tournoi puisse servir à mes joueurs. En effet, c’est un avantage pour eux car disputer une telle compétition va leur permettre de marquer des points, et ainsi leur donner des possibilités de monter dans le classement international.

 

Pour vous, habitué de l’univers du Wolrd Tour, quel en est l’esprit ? 
Le World Tour, pour moi, c’est un peu comme un village international, qui circule un peu partout dans le monde. L’esprit qui y règne, c’est l’esprit olympique : vouloir toujours performer au plus haut niveau mondial, devenir professionnel. C’est un esprit qui est rigoureux, très exigeant mais en même temps assez convivial puisqu’il s’agit d’un lieu de rencontre, de discussion et de partage.

C’est cet esprit que j’essaye d’inculquer à mes joueurs. L’esprit Olympique, que j’essaye de leur faire appliquer, pour transmettre l’idée de la performance, jusqu’à l’objectif ultime : les Jeux Olympiques.

 

Justement les Jeux Olympiques, vous n’êtes pas passé loin l’année dernière avec l’équipe KROU/ROWLANDSON…
Effectivement, l’année dernière, Youssef et Eddy étaient classés 12ème mondial, juste avant les Championnats du Monde. C’est d’ailleurs mon plus beau souvenir d’entraîneur. Je me disais que l’on allait enfin retrouver une équipe française aux Jeux Olympiques depuis que moi j’y étais allé.

En fait, depuis mes années de joueurs, je n’ai pas réussi à passer le flambeau. Quand tu rentres dans l’arène des Jeux Olympiques et que tu vois la flamme qui s’allume, le message qui s’impose, c’est qu’il faut transmettre cette flamme, pour que quelqu’un puisse rentrer voir la flamme s’allumer à son tour. Si je n’ai pas une équipe à qui transmettre cela, je ne pourrais pas être tranquille dans ma vie d’Olympien.

 

Pour vous, c’est quoi un champion ?
Un champion c’est une personne qui sait se remettre en question et en même temps être positif. Il sait où sont ses limites et comment il va faire pour les dépasser afin d’arriver à atteindre ses objectifs.
 

 

///

 

"A champion knows where are his limits and how he will surpass himself to succeed"

 

Meeting with Stéphane Canet, founder of Montpellier Beach Masters in 2005 with Mathieu Hamel, after their return from the Olympic Games in Athens in 2004. Since then, no French pair has managed to qualify for this major competition. Not even Edouard Rowlandson and Youssef Krou, who were however at a few points of the feat before an injury of Edouard, which had definitely removed them from this goal.

 

Stephane, you have created the beach masters, why do you want to organize a World Tour 1* this year ?
It has been 10 years since the World Tour was not organized in France, so there was no international tournament in our country anymore ! The objective of the competition in Montpellier is to revive the international event in France. It’s important for the development of Beach-volley.
Moreover, being coach of the French teams, I want this tournament to be useful for my players. Indeed, it’s an advantage for them because they can take a lot of points and give them opportunities to go up into the international ranking.

 

You have seen a lot of stages of World Tour, how do you define the spirit ?
For me, The World Tour is like an international town which are everywhere in the world. The spirit on the world tour, it’s the olympic spirit : always perform to the highest level in the worldwide, to become professional. It is a spirit who is strict but at the same time very convivial because it’s a place of meeting, discussion and sharing.
I try to teach this spirit to my players. The olympic spirit, I try to apply to them, to the ultimate goal : the Olympics Games.

 

Last year, you missed The Olympics Games by little, with your team KROU/ROWLANDSON…
Indeed, last year, Youssef and Eddy were ranked 12th at the world ranking, just before the World Championships. Although, it’s my best memory as coach. I was thinking that we would finally find a French team at the Olympics Games since I had been there.

 

For you, what’s a champion ?
A champion, it’s a person who challenges himself and at the same time, who is positive. He knows where are his limits and how he will surpass himself to succeed.